Vis ma vie de juré de la Saint-Vincent 2017.


Chaque année, quand vient la fin du mois de janvier, les vignerons de ma Bourgogne natale célèbrent leur saint patron ; Saint-Vincent. Cette tradition moyenâgeuse a traversé les époques et donne encore aujourd’hui vie à de beaux moments de convivialité honorant le vin et la vigne. La fête porte le nom de « Saint-Vincent tournante » ; chaque année, une appellation désignée invite les appellations voisines le temps d’une journée. Village entièrement décoré et dégustation des vins de l’année caractérisent la fête.

 

© JSL

Autre temps fort des festivités : le concours, autrement dénommé « Cant’ Vinage ». Le millésime de l’année est soumis à dégustation afin de décerner des récompenses dans chaque catégorie, chaque appellation représentée. Là d’où je viens, petit village de Lugny situé au Sud de la Bourgogne, entre Tournus et Mâcon, nous comptons 5 appellations en lice : Mâcon Village et Viré Clessé pour les blancs, Mâcon rouge, Bourgogne rouge et Crémant de Bourgogne pour les autres. Ce n’est pas moins de 50 échantillons proposés par une trentaine de vignerons et caves coopératives du canton qui sont soumis à la dégustation.
Récit de ma première expérience en tant que dégustatrice (presque professionnelle).

J-7

L’aventure commence la semaine avant le concours. Pour me faire le palais, je décide de rendre visite à des vignerons du canton pour en savoir un peu plus sur les subtilités de la dégustation sur cuve. N’oublions pas que les vins dégustés lors du concours seront les fruits du millésime 2016 ; ils ne sont pas encore parfaitement finis, certains même ne sont pas filtrés. Il faut apprendre à se projeter et, une fois en bouche, imaginer le devenir d’un vin. J’ai la chance d’être reçue par le domaine des Tourterelles, nouvellement installé à Viré, producteur de Mâcon Village blanc et Viré Clessé. Un bel échange, très instructif, avec le vigneron Michel Gaillard, qui est encore « sur un petit nuage » : il a appris dans la semaine qu’il avait obtenu la coupe Perraton qui récompense le meilleur Mâcon blanc du millésime (une réussite presque inattendue pour un domaine encore si jeune). Je file ensuite découvrir les Mâcon Village et Mâcon Uchizy du domaine Raphaël Sallet, un autre style, une autre approche, du vigneron installé depuis 30 ans.

 

Le jour J.

9h pétante, je me joins au 29 autres dégustateurs ; le jury est composé de personnalités politiques, responsables du monde du vin et de vignerons locaux. Je note toutefois que seulement 3 femmes ont répondu présentes pour l’occasion. Nous nous installons à nos tables : le hasard a parlé, je dégusterai les Mâcon Village blancs sur la table n°1. Nous n’avons pas moins de 12 échantillons à déguster (à l’aveugle bien sûr) et noter selon une grille de notation prenant en compte robe, nez et bouche. Les 4 autres jurés de ma table et moi-même nous mettons tout de suite d’accords : nous attribuons la même note à tous les vins pour la robe. Il serait injuste de juger la qualité des vins à l’œil car certains sont déjà « finis », et donc filtrés. D’autres ne le sont pas ; ils sont encore troubles.

Au fil de la dégustation, un constat se précise : le millésime 2016 est très prometteur en nez mais parfois un peu décevant en bouche. Nous ne retrouvons pas toujours la belle longueur que nous espérions. Fin de la dégustation. Nous devons « sortir » 3 échantillons et nous n’avons aucun mal à nous mettre d’accord : certaines cuvées ont vraiment retenu notre attention. Notre Top 3 rejoindra celui de la table n°2 pour le « super jury » : la seconde étape de la dégustation qui déterminera les 3 vainqueurs parmi les 6 sélectionnés.

 

La chance, si je peux le dire ainsi, me sourit. Un des dégustateurs s’est désisté et je suis choisie pour le remplacer à la table du « super jury » des Crémants de Bourgogne. Entourée de décideurs importants du secteur viti-vinicole, je déguste 6 Crémants afin de déterminer les 3 cuvées qui recevront les médailles Saint-Vincent. Beaucoup de dégustateurs professionnels seront d’accords avec moi pour dire que la dégustation d’un vin effervescent est plus difficile que celle d’un vin tranquille. L’exercice est une belle expérience et nous finissons par nous mettre d’accords sur les 3 lauréats ; ce sera le domaine des Terres de Chatenay, la Cave d’Azé et la cave de Clessé pour la première place.

L’ensemble des résultats sera dévoilé seulement en début d’après-midi après le célèbre défilé de la Saint-Vincent réunissant vignerons locaux et habitants des villages.

Pour ma part, je signe dores et déjà pour l’édition 2018 !