Quoi de neuf sur la planète American PR ?

What’s up USA ? Le digital est de plus en plus présent dans les programmes RP que nous réalisons pour nos clients en France et aux Etats-Unis. Nous avons donné la parole à notre collègue Sarah du bureau de Napa en Californie, afin de savoir si le numérique prend réellement le pas sur les RP traditionnelles aux USA.

 

Pour une campagne RP classique, quelle est, aujourd’hui, la part du temps que tu consacres aux blogueurs et aux journalistes ? 

SJ :

Aujourd’hui, nous dédions certainement davantage de temps aux blogueurs qu’il y a 5 ou 10 ans. Aux Etats-Unis, les sites professionnels en ligne sont ceux qui ont le plus de potentiel pour nos campagnes. Ce ne sont pas des blogs à proprement parlé mais ils n’ont pas d’équivalent print : Forbes.com, Bloomberg.com, etc.

 

Selon toi, quelle est l’approche la plus pertinente pour solliciter un journaliste et un influenceur ?

SJ :

Même si on peut lire et entendre beaucoup de chose sur l’évolution du métier d’attaché(e) de presse ces 15 dernières années, les basics du métier restent la meilleure approche, que ce soit pour solliciter un blogueur ou un journaliste :

  • Définir le message qu’on veut faire passer
  • Identifier les personnes susceptibles d’être intéressées par ce message
  • Aborder chaque personne de cette liste de manière individuelle

La seule différence notable entre l’approche journaliste et l’approche blogueur aux Etats-Unis est que la collaboration avec ce dernier peut nécessiter un partenariat financier. En effet, la plupart des blogueurs ont développé leur audience grâce à leur contenus, leur propre voix et avec leurs propres deniers. Pour se consacrer à leur métier de blogueur, ils ont donc besoin du support financier des marques.  Les budgets pour un partenariat blogueur peuvent aller de quelques centaines de dollars à plusieurs milliers en fonction de la notoriété du blog.

 

Et les réseaux sociaux dans tout ça ? Sont-ils pertinents pour atteindre les journalistes et influenceurs ?

SJ :

Les réseaux sociaux sont complémentaires aux canaux traditionnels tels que l’email ou encore le téléphone. Nous les utilisons dans un premier temps pour rechercher des informations sur les journalistes. Le feed d’un journaliste peut nous apprendre beaucoup de choses sur lui : où est-ce qu’il vit, ce qui l’intéresse, etc. Grâce à ces informations, nous pouvons mieux cibler les informations à lui transmettre.

Ceci étant dit, nous utilisons effectivement les médias sociaux pour les contacter directement et cela fonctionne plutôt bien surtout avec les jeunes blogueurs pour qui ce mode de communication est naturel.  

 

Les supports papier sont-ils toujours utilisés en RP aux Etats-Unis ?

SJ :

Le dossier de presse est toujours très demandé par les journalistes américains mais nous l’imprimons rarement sauf pour les grands événements tels qu’un lancement presse, où nous l’imprimons alors en petite quantité. Concernant les communiqués de presse, nous limitons l’impression aux grandes occasions comme l’annonce d’une nouvelle marque, l’arrivée d’un nouveau dirigeant, etc.